Cocktail Vinyles : les disques qui craquent ont toujours du succès

Les années passent et la radio de Pierre-Philippe Sohier ne déroge pas à la règle du 100% vinyle. La radio est diffusée sur Shoutcast depuis toujours.

L’impressionnante collection de vinyles de Pierre-Philippe Sohier, rennais de 37 ans, est devenue une radio il y a quelques années. « Souvent, les gens qui venaient chez moi me disaient : « Elle est impressionnante ta collection de disques », commençaient à fouiller en disant : « Ah génial ! C’était top ce titre ! Dommage que l’on ne puisse pas tous les écouter !« . J’ai donc décidé de numériser l’intégralité de ma collection et de rendre ces titres disponibles à l’écoute via la webradio. » Cocktail Vinyles, diffusée grâce à Shoutcast, ne diffuse donc que des vinyles ! 

Pierre-Philippe est fidèle à Shoutcast depuis le début : « Un gros serveur informatique dans mon garage, RadioDJ, StéréoTools, BUTT, Shoutcast et c’est parti ! » raconte-t-il

Le concept ? « Une webradio musicale composée exclusivement de singles UK et US , obligatoirement en vinyl (45T, maxi 45T ou extraits de 33T) issus de ma collection personnelle. Les disques diffusés sont des titres plus ou moins connus, qui vont de 1977 à 1993 pour le plus récent. Je possède la totalité des singles diffusés. Volontairement, je ne supprime aucun craquement, n’effectue aucun traitement sur les fichiers – les disques sont joués tels qu’ils sont avec leurs qualités et leurs défauts – c’est ce qui fait le charme de cette webradio. 

Quels sont les titres emblématiques de la playlist ? « Pour les singles des années 80, je dirais Wham (Wake me up before you go go) mais aussi Tom Tom Club (Genius of Love). Pour les années 90, je choisirais KLF (Justified and ancient). Concernant les artistes, il y a Michael Jackson bien sûr, mais également Chic (avec la diffusion de pépites comme « You got some love for me », une face B d’un 45T sorti en 1983), sans oublier Steve Walsh avec « Let’s get together tonite », qui n’a connu qu’un succès très sporadique à la fin des années 80, que l’on peut (re)découvrir sur Cocktail Vinyles. » 

La radio a su fédérer un réel socle d’auditeurs et les échanges via les réseaux sociaux sont nombreux avec de nombreux mails de remerciements pour ce programme unique. De quoi encourager Pierre-Philippe Sohier à poursuivre son important travail de numérisation et de programmation. Les disques qui craquent ont toujours du succès !