Les secrets de programmation de 100% hard rock

Olivier Vairon est le créateur de cette radio consacrée exclusivement au hard rock. Un style musical bien identifié pour un programme qui permet d’écouter AC/DC, Led Zeppelin, Deep Purple, Def Leppard ou encore Scorpions. Créée sur Radionomy, la radio est monétisée sur Shoutcast depuis 2020. Olivier a répondu a nos questions et nous dévoile notamment ses petits secrets de programmation.

Bonjour Olivier, peux-tu nous rappeler les grandes étapes de la « vie » de ta radio ?

D’abord la première, c’est d’avoir l’idée de créer une webradio. Puis de trouver le support. Je découvre Radionomy que je trouve simple, pratique et gratuit. Je me lance. Mon but était de faire une mini-encyclopédie du hard. Ecouter du hard sous toutes ses formes : hard FM, metal, heavy etc… et de toutes les époques. Bref, ne pas rester sur une poignée de groupes des années 70 ou 80. J’ai commencé avec quelques centaines de titres, puis 1000 puis 2000 et 2200 aujourd’hui. Je ne fais pas d’émission ou de rubrique. 100% Hard-Rock c’est des morceaux de hard en continu, sans parlote : que de la zic !

Le concept a-t-il évolué au fil des années ?

Le concept est de pouvoir écouter du hard des années 70 à aujourd’hui de groupes très connus comme de pas connus du tout. Du moment que c’est du hard rock mélodique. Il n’a pas changé car c’est une webradio de diffusion, sans émission live ou autres. Au fil des mois, la programmation s’étoffe de quelques morceaux récents que je viens de découvrir.

La programmation est-elle homogène tout au long de la journée ou de la semaine ?

Elle est homogène et variée dans le sens où, toutes les heures, l’auditeur est sûr d’entendre aussi bien de morceaux des années 70, que des années 80, 90, 2000, 2010 ou maintenant. Autant de standards très connus que de morceaux beaucoup moins connus comme ceux qui viennent de sortir.

Comment est-elle organisée ?

J’ai 2200 morceaux qui tournent en permanence. Cela représente environ 400 groupes. Ce qui veut dire qu’un titre passe une fois tous les 5 jours environ. Je fais des bacs de 30 minutes par année : 85 par exemple où il n’y a que des titres de l’année 85 sans répétition des groupes. Et j’ai 23 bacs d’une demi-heure aussi de standards comme Highway to Hell d’AC/DC ou Stairway to Heaven de Led Zep que tout le monde connait et que les auditeurs veulent entendre assez souvent. Je fais ensuite des clocks de 2 heures avec un bac année 75, un année 98, un année 2019 et un de standards par exemple. Ce qui veut dire que tous les quarts d’heure, tu écoutes un morceau de chacune de ces 3 années-là et un standard. Et les deux heures suivantes, ça va être les années 82, 94 et 2006 par exemple. Mon idée de départ était en effet de brasser les décennies. Enfin, en 2 heures, aucun groupe ne passe 2 fois, sauf s’il a un standard.  L’idée est de découvrir une bonne partie de ce que le Hard-Rock a pu produire des années 70 à maintenant.

Renouvelles-tu régulièrement cette programmation ?

Non pas régulièrement puisque mes bacs et clocks sont faits. Mais mes journées changent avec des clocks qui sont les mêmes. Il suffit de changer la disposition des clocks. Ce qui change aussi, ce sont les nouveautés. 5 à 10 environ par semaine que je rajoute à un bac et qui viennent se rajouter à la programmation.

Comment obtiens-tu les titres que tu y diffuses ?

Pour que je diffuse un titre, il faut qu’il me plaise un minimum. Il faut qu’il soit hard, c’est-à-dire que la guitare saturée soit l’ossature du morceau et reste qu’il soit mélodique. Au départ j’achetais les MP3 sur mp3panda.com. Pratique, beaucoup de choix et pas cher pour des chargements légaux. Et puis je reçois de plus en plus des envois de MP3 par mail de groupes ou de producteurs qui souhaitent que je les diffuse.

Quels sont les artistes les plus diffusés sur ta radio ?

De loin, le plus diffusé avec 60 titres, c’est Scorpions, parce que Scorpions c’est 50 ans de carrière et 18 albums studio. Puis AC/DC, Deep Purple, Def Leppard, Iron Maiden et Van Halen. Bref les incontournables. Après c’est Eclipse, Entwine et Pretty Maids, des groupes actuels dont je diffuse une vingtaine de morceaux chacun.

Pourquoi ce style musical hard rock est-il efficace en webradio ?

Parce que c’est a peu près le seul endroit où tu peux en écouter maintenant. Les radios classiques diffusent de la musique commerciale actuelle.

Monétises-tu ou comptes-tu monétiser ta radio ?

Je n’ai jamais monétisé. Mais, après réflexion, j’ai décidé de signer le contrat en début d’année pour 100% Hard-Rock mais aussi pour 100% Pop et 100% Progressive Rock car elles dépassent les 8000 heures d’écoute par mois.