Radio Chigüiro, la musique électronique d’Amérique latine et d’Afrique

Pierre-Philippe Sohier et David Crocq ont imaginé et lancé très vite cette radio en 2018. Objectif : diffuser la musique électronique d’Amérique latine et d’Afrique. Un son bien particulier qui fonctionne très bien et qui a obtenu d’excellents résultats pendant le confinement. Ils ont tous les deux répondu à nos questions.

D’où vient le nom Radio Chigüiro ?

David : Chigüiro est un mot espagnol d’Amérique Latine qui désigne le capybara, le plus gros rongeur du monde. Lorsque nous avons créé la radio avec Pierre-Philippe, nous l’avons fait de manière très rapide. Je revenais d’un voyage en Colombie dans lequel j’avais eu la chance de caresser un capybara, et le lendemain… d’en manger. La curiosité se mêlait à la culpabilité. Lorsque Pierre-Philippe m’a proposé de monter la radio, j’ai proposé ce nom d’emblée comme un hommage à l’animal que j’adore. Il a tout de suite accepté.

Quel en est le concept ?

David : le concept à la base était de faire découvrir les musiques électroniques en provenance d’Amérique Latine. C’est une scène très passionnante et qui propose une grande fraîcheur. Aujourd’hui nous avons ouvert cet aspect de découverte à l’Afrique.

Comment la radio a-t-elle évolué depuis sa création ?
David : la radio a été créée en 1 jour. Un sms matinal de Pierre-Philippe a lancé l’idée et le soir elle était déjà en ligne avec une vingtaine de morceaux.
Au début il ne s’agissait que d’une playlist qui grossissait de jour en jour. Nous avons vite mis en place une émission de mixes exclusifs, Chiguiro Mix, invitant de nombreux artistes de la scène en particulier en Colombie, pays avec lequel nous avons le plus de contacts et d’affinités.
Aujourd’hui, nous avons plus de 4000 morceaux dans la playlist, Chiguiro Mix continue son chemin et en est à sa 4e saison avec des invités prestigieux de la scène, et nous avons lancé d’autres émissions comme Tuesday Tropical Mix le mardi, Back to Africa le mercredi, Mi House es tu House le jeudi, Urban Friday Mix le vendredi, Communion Circuit le samedi, Sunday Afro House le dimanche, et plus récemment Distrito CH qui prend place le lundi.
Nous avons aussi invité des artistes à jouer dans notre studio à Rennes, pour de la diffusion simultanée sur Facebook Live et la radio.
Nous avons aussi développé des projets parallèles via Twitch, plateforme qui diffuse 24/24 la radio, notamment avec l’organisation de festivals humanitaires en streaming.
Et d’autres surprises sont à venir.

Capture d’écran d’un mix en live vidéo sur Facebook

Comment se compose la programmation actuelle ?
David : Toute la journée, vous pouvez écouter la playlist de 4000 morceaux.
Ainsi que …
Tous les jours à 17h, 23h et 5h : Chiguiro Mix, avec un invité différent par semaine.
Lundis à 21h et 3h : Distrito CH. Partenariat avec un site culturel colombien qui nous fait une playlist mensuelle, rediffusée les lundis suivants.
Mardi à 21h et 3h : Tuesday Tropical Mix, avec un invité différent par semaine.
Mercredi à 21h : Back to Africa avec la résidence d’une artiste colombienne : Madame Vacile. Elle sélectionne par thèmes hebdomadaires le meilleur de la musique africaine.
Jeudi à 21h et 3h : Mi House es tu House avec une autre artiste colombienne : lAhnA. Elle nous fait un mix par mois qui est rediffusé les jeudis suivants.
Vendredi à 21h et 3h : Urban Friday Mix, avec un invité différent par semaine.
Samedi à 21h : Communion Circuit. Emission de mixes en collaboration avec une agence de booking franco-colombienne nommée Communion. Le thème est techno, et nous avons un invité différent chaque premier et troisième samedi du mois.
Dimanche à 21h et 3h : Sunday Afro House. Première émission invitant des artistes africains (pour le moment Afrique du Sud et Swaziland), et le thème est l’afro house. Pour cette émission on se veut surtout dénicheurs de talents.

Comment se répartissent les rôles entre vous deux ?
Pierre-Philippe : je m’occupe de tout ce qui touche à la technique concernant le flux linéaire (serveur de diffusion, automation…) – ajout des morceaux/mixes dans l’automation et la maintenance technique.
David : de mon côté, ce sont les contacts avec les artistes, gestion du planning, des visuels, du site, des podcasts et la programmation musicale.

Comment est diffusée la radio ?
Pierre-Philippe : elle partage physiquement le même serveur informatique que Cocktail Vinyles avec la même recette : RadioDJ, Stereotools, Butt et bien entendu Shoutcast !

Pourquoi un tel succès pendant le confinement ?
David : le succès s’est surtout vu en Colombie, pays qui nous écoute le plus et qui a eu beaucoup de restrictions de sorties, etc.
Les gens avaient sûrement plus de temps pour nous écouter.
Mais on a aussi vu un bond des audiences après le festival organisé en mai et qui a eu un gros succès grâce au line up et à son caractère caritatif en collaboration avec une grosse ONG sud-américaine nommée Techo.
On a aussi vu nos audiences grimper aux USA, Espagne, France, mais aussi en Australie, Afrique du Sud, Suisse et UK.