Rythme de croisière sur Shoutcast pour Radio Turbulences

Créée en Normandie par Alain Pimoulle, un vrai passionné de radio français, cette webradio poursuit sereinement sa trajectoire sur Shoutcast, en diffusant « 60 ans de musique premium ». Interview.

Bonjour Alain, rappelle-nous ton parcours ainsi que l’histoire de Radio Turbulences…

J’ai découvert la radio très jeune et vers 22 ans, je passe derrière le micro et la table de mixage. Dans les années 80, beaucoup de radios FM se créaient en France. J’ai fait des milliers d’heures d’antenne. Et puis la vie a fait que je me suis éloigné de tout ça. La cinquantaine est arrivée, un pépin de santé sérieux, je me dis qu’il fallait réaliser mes rêves. Les webradios se sont développées. J’ai commencé à diffuser dès mars 1996 !

Puis la plateforme Radionomy m’a bien aidé. J’ai trouvé rapidement une excellente voix off professionnelle pour mes liners, celle de William, que je remercie encore ! La radio est désormais diffusée sur Shoutcast, une marque très connue et un meilleur référencement.

Quel est le concept de la radio ?

Le concept de la radio, 60 ans de musique premium, fait que je cherche à passer des succès anciens, et j’en découvre toujours. Je rajoute petit à petit des titres auxquels je n’avais pas pensé, j’ajoute aussi des titres récents, qui, correspondent à mon format, et puis, quelquefois, j’en retire certains (à dose homéopathiques), qui me paraissent, à l’écoute, hors sujet…

La période de confinement t’a-t-elle permis de faire évoluer ta radio ?

J’ai refondu entièrement le site internet, c’est beaucoup plus beau qu’avant !

Trouves-tu que ta radio était particulièrement adaptée à la période de confinement que nous avons traversé ?

Oui, Turbulences, c’était vraiment le bon choix pour accompagner le confinement ! Pourquoi ? Eh bien je trouve que la musique actuelle, c’est pas très fun, pas rock, ni jazzy ! Et puis écouter les mêmes 200 titres toute la journée en boucle, ce n’est pas génial non plus ! Avec plus de 1200 titres en « stock », c’est quand-même plus de variété pour l’auditeur.

Proposes-tu des podcasts ?

Depuis le début de diffusion de Turbulences, deux podcasts sont en diffusion : « Porte océane mag » permet de présenter les manifestation culturelles de la région havraise et aussi normandes. « Faut quand même savoir » est un mini magazine qui concerne l’actualité nationale et locale et qui met en avant des infos qui ne sont pas reprises par les média « mainstream »

Merci Alain et longue vie à Turbulences !