Voice track : l’indispensable bed (ou tapis musical) !

Vous avez choisi d’éclairer votre programmation musicale par quelques interventions (en direct ou en voice track, c’est-à-dire préenregistrée) ? C’est une excellente initiative ! Un peu de présence humaine dans un fil musical, il n’y a rien de mieux pour donner des repères et fidéliser l’auditeur. Seulement voilà, la radio, vous le savez, à horreur du vide ! Et, à l’exception des radios diffusant de la musique classique, toute radio musicale, se doit d’avoir un bed pendant les speaks de ses animateurs.

Un bed ? Oui, un tapis musical (traduction non littéral en français) où vient se poser la voix de l’animateur entre deux éléments (titres musicaux ? Chroniques ?) de la programmation.

Mais quel bed doit-on choisir ? Comment bien l’utiliser ? C’est ce que nous allons voir ici.

Tout d’abord sachez que vous trouverez de nombreux sites qui vous proposent gratuitement (musicometre.com, hibou-music.com) ou moyennent quelques euros (radio-jingles.fr) de nombreux beds à télécharger. Trouvez un tapis musical en cohérence avec le style musical de votre radio n’est donc pas d’une grande difficulté. D’autant plus qu’une fois téléchargé, vous allez pouvoir le retravailler si besoin.

Car le bed doit commencer par une accroche, un élément sonore très bref, un bruitage qui puisse attirer l’attention de l’auditeur, à vous de l’ajouter si ce petit effet n’est pas dans la version d’origine. Dans la foulée, la musique commence et l’animateur peut commencer à parler.

La mélodie de votre tapis musical doit être simple, courte et discrète. Pas d’amplitude musical entre des temps faibles et des temps forts, l’ensemble doit être homogène. Pas question d’attirer trop l’attention au risque de détourner l’auditeur : l’important reste la voix de l’animateur. Le bed est là pour créer un fond sonore agréable pendant le speak de l’animateur.

Le bed, on ne s’en rend pas compte mais il est toujours là. Il occupe l’espace, le moindre petit silence, car rappelons-le : la radio a horreur du vide.

Pendant votre speak, le son du bed doit être constant. Pas question de monter ou d’en descendre le niveau au fil de votre intervention. Sur un voice track classique, vous pouvez le mettre à -18 db par rapport à votre voix. On n’a pas besoin de l’entendre beaucoup sauf en cas de silence, ce qui peut (rarement) arriver pendant une interview par exemple.

Dernière question, faut-il avoir plusieurs beds au fil de ses interventions ? Pas nécessairement, un seul suffira, à condition qu’il ne tranche pas complètement, ni avec la séquence précédente, ni avec la séquence suivante. Sinon, à vous d’avoir plusieurs beds adaptés en fonction de le tonalité du moment.

Un bed ne se fait jamais remarquer, mais quand il n’est pas là, on le remarque tout de suite !